Forum 2013: Gare, lieux de connexion et de vie urbains dans les pays du Sud: Quel avenir ?

Pourquoi s'intéresser aux gares dans les villes du Sud ?

Qu'elles soient ferroviaires, routières ou maritimes, les "gares" sont des lieux forts de l'organisation des transports au coeur du système urbain et territorial. Carrefours structurants à l'interface des différents réseaux qu'elles abritent, le rôle des gares, en tant que lieu de connexion, ne cesse aujourd'hui d'accroître face face au nombre et à la complexité des modes de déplacements.

 

A la fois portes d'entrée des villes et centre de vie urbaine, elles sont un point d'appui privilégié pour leur développement à la fois social et économique. Bien plus que des "lieux de passage", elles sont des lieux de rassemblement souvent à la frontière entre "la ville ancienne" et "la ville moderne", des lieux intenses de vie, d'échanges et, de mixité dont la gestion est délicate, source de nombreux conflits. ce sont enfin des lieux d'émotion, de mémoire et de représentation, symbole d'une puissance coloniale passée ou d'une modernité nouvelle.

 

Cette activité intense fait de la gare le "point chaud" d'un monde en évolution : le lieu du commerce, des échanges et trafics en tous genres, là où les marchandises et les hommes se frottent, là où se joue une bonne part de l'activité économique formelle ou informelle de la ville, là aussi où se concentrent les plus grands dangers (pauvreté, mendicité, violence, prostitution, trafic de drogue, etc.) et peut être aussi les plus grands risques d'instabilité pour demain (révolutions, contrôle de la population, diffusion des maladies infectieuses émergentes, etc.).

 

Les gares captent et incarnent à la fois les tensions qui travaillent et transforment l'urbanité. Miroirs déformés, déformants parfois, elles sont toujours révélatrices des pratiques, des attentes et des projections urbaines à l'oeuvre.

 

La montée en puissance de la gare comme objet de recherche urbaine, devenue point focal du projet de Ville "durable" depuis une dizaine d'années est à cet égard révélatrice.

 

Or, dans le contexte des métropoles du Sud où le dynamisme démographique façonne de manière irréversible le destin de l'humanité et où l'urbanisation croissante ainsi que la transformation des pratiques de mobilités interrogent fortement les conditions du développement urbain, le développement de ces espaces multifonctionnels et complexes semble d'autant plus crucial qu'il contient les germes d'un avenir durable pour la ville.

 

De l'avenir des gares dépend aussi le devenir de ces villes appelées à représenter la plus grande partie du territoire urbanisé de la planète.

 

Mais alors, de quel futur parlons-nous et pour quelles gares "du Sud" ? Dans le contexte actuel de métropolisation et d'internationalisation des projets de "grande gare", ce futur serait-il celui, à l'instar de la nouvelle gare de Shanghai Sud, des gares St Pancras à Londres ou de la gare Saint Lazare à Paris ? ENfin s'il semble évident que leur développement dépendra de leur contexte d'insertion (urbain, économique, politique etc.), est-il possible d'entrevoir, au-delà de leurs différences intrinsèques dont cette étude tachera de dessiner les contours, un avenir commun ?

 

C'est donc pour mieux comprendre ces "lieux" multiples aux enjeux à la fois politiques, urbains, économiques, sociaux, symboliques, sécuritaires ou sanitaires, d'en comprendre les différences et les points de convergence, pour apporter demain les bonnes réponses que le projet de recherche et de prospective "Gares, lieux de connexions et de vie urbaine dans les pays du Sud : Quel Avenir ?" a été lancé.

 

Pour plus d'informations :

Télécharger
Note de présentation
Note de preėsentation.pdf
Document Adobe Acrobat 169.0 KB