Abstract

 

La ville de Dakar et le Port autonome de Dakar sont physiquement imbriqués et partagent des enjeux à la fois sociales, économiques et environnementales. Cependant, leurs relations formelles restent faibles : la ville et le port ne partagent aucune instance de grande envergure. L’influence de la ville dans la gouvernance du port est mise à mal par des rivalités politiques et économique qui sont renforcées par la prédominance étatique et l’intransigeance des sociétés privées. Cette fracture institutionnelle n’empêche pourtant pas l’idée une interface ville-port. Cette interface est néanmoins repensée à l’aune de l’acte III de la décentralisation qui transforme largement la gestion de la puissance publique à la faveur d’une autonomisation de la ville de Dakar.

 

The city of Dakar and Dakar Port Authority are physically interwoven and share social, economic and environmental issues. However, their formal relations remain weak: the city and the port share no major instance. The influence of the city in the governance of PAD is undermined by political and economic competitions, which are increased by a dominating state and the intransigence of private companies. However, this institutional fracture does not prevent the idea a city-port interface. This interface is redesigned with the Act III of decentralization which largely changes the public administration in favor of the empowerment of the city of Dakar.