Abstract

 

Le projet du Global Seaport de Vizhinjam, petit village de pêcheurs situé dans l’aire  urbaine de Trivandrum, capitale économique et politique du Kerala, constitue un enjeu de taille pour la puissance économique en devenir qu’est l’Inde. Amené à jouer un rôle majeur au sein de la politique commerciale et compétitive indienne, ce complexe portuaire revêt une dimension stratégique notoire. La programmation a d’ailleurs pleinement intégré cet enjeu : tout semble être fait pour accroître la balance commerciale indienne et le potentiel économique du pays. Mais qu’en est-il du rapport à l’urbain, et au village de Vizhinjam préexistant ? Comment les aménageurs et porteurs du projet envisagent-ils l’inscription territoriale de ce port-vitrine ? L’interface ville – port se trouve-t-elle véritablement au cœur de la programmation, ou tend-t-elle à s’effacer derrière des enjeux jugés prioritaires ? C’est à l’ensemble de ces questions que cette étude, menée sur le terrain par deux étudiants en urbanisme, tentera de répondre. 

 

The Global Seaport project taking place around Vizhinjam, a small fishing town located in the metropolitan area of Trivandrum – best known as Kerala’s economic and political capital city – appears to be one of the most important urban undertaking in South India. Seen as a tool to fulfil the commercial objectives set by the national government, the harbour to come deals with strategic stakes. Taking a look at the plans and the programmation around the project, one has no choice but observe that this has been taken into account by city-planners. It seems that everything has been planned to enhance the Indian commercial 

balancy and economic potential. But what about the relationship to the pre-existing urbanity ? Do the city planners and stake-holders put the territorial cohesion of this flagship project at the heart of their action ? Is this project thought « regarding » the city - as it is today - or regardless to it ? These are the questions we seek to answer through this report.